L’Histoire du Stade De Reims

Ne pas évoquer le Stade de Reims pour une association visant à promouvoir, notamment, la culture rémoise serait un sacré oubli tant le club et son stade font partie des monuments de la ville. Alors une présentation historique du club s’impose !

En 1910 est créée la Société Sportive du parc Pommery (SSPP), club regroupant différentes activités sportives, dont le football, au nom de la maison de Champagne Pommery & Greno. Le directeur de la section football et gérant de la société René Humbert recrute les joueurs dans l’établissement vinicole et chez les fournisseurs. Les maillots sont dorés et les shorts verts afin de rappeler les couleurs du champagne.

Mais après des compétitions principalement régionales, le club souhaite se développer avec le lancement du football professionnel en France, la section football est séparée des autres et en 1931 naît l’association omnisports « Stade de Reims ».

De nombreux mercenaires étrangers, principalement européens, sont recrutés et en 1934, le club remporte pour la première fois la division d’honneur du Nord-Est et accède en deuxième division professionnelle. Les rémois remportent le titre de champion de France amateurs en 1935, l’année où est officiellement inauguré le Stade municipal Vélodrome devant Alber Lebrun, président de la République.

Alors que le club peine à appréhender le niveau professionnel, une fusion est réalisée en 1938 avec le Sporting Club rémois, grand rival du Stade de Reims. Le « nouveau » Stade de Reims améliore alors grandement ses résultats mais voit son élan se stopper avec la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle de nouvelles compétitions naissent. Le Stade de Reims est notamment champion de France de zone occupée en 1942.

Les performances des « rouge et blanc » (depuis la fusion avec le SCR) durant la période de guerre lui permettent d’intégrer la première division après la guerre et le Stade olympique vélodrome devient le stade Auguste Delaune, du nom d’un sportif, communiste et résistant, mort torturé en 1943. Les performances sportives du club sont remarquables grâce à un recrutement judicieux et la « pioche » dans l’équipe amateur du club, de grande qualité. En 1949, le Stade de Reims remporte son premier titre national puis remporte la coupe de France en 1950. C’est en 1953 que le club remporte de nouveau le championnat de France grâce notamment à l’émergence du célèbre Raymond Kopa. Après avoir battu le Milan AC en finale de la Coupe Latine, le « jeu à la rémoise » naît, alliant technique et rapidité.

Les rémois remportent de nouveau le titre de champion de France en 1955 et atteignent la finale de la Coupe des clubs champions européens, née cette année-là, perdue face au Real Madrid. En 1958, le club rémois rafle le championnat et la Coupe de France, avec une grande saison de Just Fontaine. De nouveau champions en 1960 et 1962, l’heure de gloire rémoise se termine juste après, l’AS Saint-Etienne prenant le relais sous l’égide d’Albert Batteux, ancien entraineur rémois.

Le club descend en deuxième division en 1965 mais remonte immédiatement en 1966, obtenant le titre de champion de France de Ligue 2. Mais après une nouvelle relégation en 1967, les rémois ne retrouvent la D1 qu’en 1970 grâce à une décision administrative de la FFF. A cause de grandes difficultés financières, le club redescend en D2 en 1979 puis en D3 en 1991, le club devenant alors le « Stade de Reims Champagne FC ». Une liquidation financière est prononcée en 1992, le club cesse toute activité et tout est vendu.

Le club reprend en 6ème division nationale, monte en N3 en 1993, en CFA en 1998, puis en National l’année suivante. Le club se pérennise ensuite en Ligue 2 à partir de 2004 sous Jean-Pierre Caillot, et malgré une descente en National suivie d’une remontée immédiate, le club réussit enfin à remonter en Ligue 1 en 2012.

Le club obtient très honorablement son maintien pendant deux saisons avant de redescendre en Ligue 2 en 2015. Sous David Guion, le Stade de Reims est promu en Ligue 1 en 2018 après une saison record où ils obtiennent le titre de champion de France de Ligue 2. Après un maintien facilement acquis en 2019, le club rémois profite de l’arrêt du championnat dû au coronavirus pour se qualifier pour la Ligue Europa et dispute l’été 2020 le 3ème tour de qualification, qu’il perd aux tirs au but.

Cette saison, le club se situe dans la deuxième partie de tableau du championnat, après avoir dû digérer ce retour européen et son buteur Boulaye Dia occupe la seconde place au classement des buteurs du championnat.

Ça y est, vous savez tout du club « rouge et blanc » ! Passé par des (très) hauts au milieu du XXème Siècle puis par des bas, le club retrouve son allant petit à petit et redevient un club important en France.

VIVAT.Tristan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *