LA NAISSANCE DE REIMS

Lorsqu’on pense au patrimoine historique de Reims, on pense naturellement à tous les rois de France dont elle a vu le couronnement. Mais l’histoire de la cité des rois ne commence pas qu’en ce jour de 5 octobre 816, date à laquelle Louis le Pieux, fils de Charlemagne, fut le premier roi sacré dans l’ancienne église Saint-Nicaise. Bien au contraire, elle remonte à l’Antiquité, et dans cet article vous découvrirez l’histoire antique de la naissance de Reims.

            Selon la légende, Reims aurait été fondé il y a près de 2 000 ans par Remus, le frère de Romulus, lui-même fondateur de Rome. Les quelques 30 000 Celtes qui peuplaient la cité l’appelaient alors Rèmes. Mais à l’issue de la Guerre des Gaules, s’étalant de 58 à 52 avant J.-C. et menée par Jules César, elle fut renommée Durocortorum et intégrée à la province de Belgique dont elle devint la capitale.


La Guerre des Gaules, César. C’est dans cet ouvrage qu’est évoqué pour la première fois le nom de la ville Durocortorum.

           

Mais pourquoi ce contexte est-il si important pour Reims ? Le fait est que le territoire rémois est géographiquement situé entre Rome et les territoires belges. Cependant, les Rémois, formant alors un peuple gaulois, ont toujours soutenu Rome, ce qui s’explique aisément par la légende de la fondation de la cité par Remus. Ainsi, en signe de reconnaissance, les autorités romaines ont accordé le statut de capitale à Durocortorum.

            La ville devient alors un centre culminant de l’Empire romain. D’une superficie comprise entre 500 et 600 hectares, Durocortorum est la deuxième ville la plus grande de tout l’Empire, juste derrière Rome. D’une architecture régulière, elle est fondée sur deux axes majeurs : le cardo major (l’ancêtre de la rue de Vesle et de l’avenue Jean-Jaurès) et le decumanus major (rue de l’Université, rue Anatole France et rue Colbert), signe de l’importance accordée à l’ancêtre de la ville de Reims. Sous influence romaine, elle ne tarde pas à s’embellir d’un amphithéâtre et d’un stade (rue Gosset), d’un cirque (rue Mont-d’Arène), de thermes, de temples ainsi que de grandes villas. Avancée technologiquement, la ville dispose d’un système d’alimentation en eau et d’évacuation des eaux usées ainsi que de dépôts pour les déchets.

            Les IVème et Vème siècles sont un tournant pour la ville de Reims. Entre 357 et 366 les Rémois repoussent les invasions germaniques, mais finissent par céder aux attaques des Vandales en 406 et des Huns en 451, à cause de l’absence d’un système défensif dans la ville et de la désagrégation progressive de l’Empire romain. La cité subit de nombreux pillages qui marquent définitivement la fin de l’ère romaine de Reims.

            Mais il reste cependant, encore aujourd’hui, des vestiges de la Reims antique, comme la Porte de Mars. Cet arc fut bâti au début du IIIème siècle avec trois autres portes (toutes disparues aujourd’hui) afin de témoigner de la grandeur de la cité antique. Elle est classée monument historique depuis 1840 et est tout simplement le plus large arc du Monde romain. Construites aux alentours de l’an 200, les galeries qui constituent le cryptoportique de Reims sont parmi les rares à avoir été exhumées dans le monde. Situé sous la place du Forum, ce cryptoportique est utilisé de nos jours pour des manifestations de musique ou des expositions.

Dimitri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *